Les Journées d’étude sur la parole… en ligne

Les Journées d’Etudes sur la Parole (JEP) sont consacrées à l’étude de la communication parlée (parole) et à son traitement automatique. Cette conférence a été initialement organisée en 1970, avec le soutien du Groupement des Acousticiens de Langue Française (GALF) et de l’AFCET (Association française pour la cybernétique économique et technique).

Lors de la première édition des JEP, un groupe « Communication Parlée » est créé au sein du GALF, soit le GCP (Groupement de la Communication Parlée). Dans les années 1980, le GCP se transforme en GFCP (Groupe Francophone de la Communication Parlée) et sa société-mère, le GALF devient la Société Française d’Acoustique (SFA). En 2002, les membres du GFCP décident de s’affranchir de la SFA, et dissolvent le GFCP pour créer une nouvelle association, l’AFCP. L’AFCP devient alors le « special interest group » francophone de l’ISCA (International Speech Communication Association). Les JEP impliquent très largement la communauté scientifique francophone sur le thème de la communication parlée et de ses applications, dans un esprit d’ouverture à la variété thématique du domaine et avec l’ambition de réunir des chercheurs débutants et confirmés, issus de différentes communautés scientifiques francophones.

Les premières JEP ont été organisées en 1970 à Grenoble. Depuis, les éditions se sont succédées ; le rythme de la conférence, jusqu’alors annuel, passe à 2 ans à partir de 1990. L’édition 2002 inaugure une co-organisation avec la conférence TALN ; à partir de 2002, l’AFCP et l’ATALA décident de répéter cette formule tous les 4 ans.

Les JEP réunissent aujourd’hui plus de 150 chercheurs et constituent la principale conférence internationale francophone dans le domaine de la communication parlée.

De façon à ouvrir aussi largement que possible l’accès aux travaux publiés lors de ces journées, les actes des JEP sont accessibles en ligne sur ce site. Ces documents sont librement consultables par volume sur cette page, ou par des catégories issues de l’indexation des sommaires.

Bonne lecture.